Selon Luc Duina, douze sens sont au service de l’homme tout entier, dans sa complétude, scindés en trois parties bien distinctes.

” Un tiers de ces sens concerne notre corps
Un tiers de ces sens concerne notre esprit
Un tiers de ces sens représente notre âme “

Nous remarquons que sur les douze sens que nous percevons, les huit premiers proviennent de notre intérieur, les quatre autres sont liés à notre environnement, ils proviennent de l’extérieur ; Le sens de la vue faisant la passerelle entre les deux mondes.

Un espace de vie transformé par l’architecture intérieure “respire”, c’est un lieu vivant, son cœur bat au rythme de celui de ses occupants pour mieux respecter ce qu’ils sont. C’est ce qui fait toute la différence avec d’autres lieux qui n’ont pas reçu la même “INTENTION”.

Eh bien nous voilà beaux, ce qui semblait déjà assez compliqué, lorsque nous croyions articuler la cohérence de cinq sens, doit en réalité en intégrer plus du double, dans trois plans différents qui plus est, et reliés !
Mais après-tout, qu’ils soient 5, 7, ou douze, pas de panique, l’essentiel reste de considérer que c’est bien aux sens que nous nous adressons lorsque nous construisons. Tout particulièrement lorsque, entrant à l’intérieur des volumes bâtis, nous organisons ce qui n’est plus seulement un objet extérieur à nous mêmes, quelle que soit l’échelle du bâtiment, mais le contenant qui nous enveloppe et à l’intérieur duquel nous allons évoluer, peut-être même encore grandir.

Cet exercice a ceci de particulier qu’il va créer un message permanent que recevra l’habitant, l’occupant, le passant. Simplement en étant favorable à tel ressenti ou à tel comportement, en donnant plus d’importance à ceci qu’à cela, en autorisant ou en interdisant, l’espace intérieur va moduler nos comportements de façon d’autant plus prégnante qu’il s’adresse à nous en permanence mais sans dire un mot. Tous ceux qui ont un peu voyagé se souviennent du saisissement qu’ils ont pu ressentir en découvrant des intérieurs répondant à des règles de comportement très éloignées des coutumes françaises ou européennes. Inutile d’aller bien loin pour le vérifier, il n’est que de considérer, par exemple, le centre de la maison marocaine, occupé d’un patio délicieux ouvert sur le ciel et vers lequel tout converge, alors que la façade est un mur hermétique tout juste percé d’une porte non moins austère, là où nos demeures tournent l’apparat de leurs devantures vers le passant, réservant leur centre aux circulations aveugles, débarras et autres petits coins obscurs.
Nul besoin d’un doctorat de sociologie ou de psychanalyse pour comprendre que les systèmes de valeurs auxquels répondent ces organisations spatiale inversées résultent d’une vision du monde et encouragent des comportements radicalement différents.

Cet infra-langage qui code l’espace et son usage s’organise évidemment selon une grammaire fondamentalement culturelle, apprise et intériorisée. Et en s’adressant directement aux sens, l’architecte d’intérieur modèle ce qui touche à l’essence de l’architecture, espace tampon, intermédiaire protecteur entre le corps et le monde… mais tout autant révélateur de la façon dons nous l’habitons. Le code implicite dont nous chargeons l’espace à vivre, lorsque nous le structurons, va structurer l’expérience de tout ce qui se passe là, dans les murs.

Quelle échelle est pertinente pour harmoniser ce message ?
Le monument dans le paysage, la maison dans la cité, le volume d’un séjour, le meuble qui accueille, l’objet raffiné qui fait sens ? Ni plaidoirie ni réquisitoire ne sont opportuns dans ce débat, mais un simple constat : il s’agit d’un continuum, l’art de bien vivre et d’en créer les conditions ne peut être la chasse gardée d’aucune caste, mais résulte toujours de la fine adéquation entre le besoin, la commande et la réalisation. Sans oublier le talent de ceux qui relèvent le défi de répondre sans omette aucune de ces dimensions.

Mais puisque nous allons nous adresser à nos commanditaires en amont du langage parlé, dans le jardin des sensations, la première de nos tâches est d’écouter ce qui se dit sous les mots : entendre la demande qui se cache toujours sous la commande.

Luc a conclu il y a un instant sur l’intention de l’espace, et en effet, il n’existe pas d’espace bâti non intentionnel. On construit toujours en imaginant la vie qui a se dérouler dedans et l’effet qu’on veut produire. Mais il est bien rare que nos maîtres d’ouvrage, qu’ils soient privés ou institutionnels, sachent énoncer clairement leurs propres intentions, leurs besoins vrais qui sont le plus souvent noyées sous les représentations standardisées des médias en vogue, la nostalgie d’un passé idéalisé ou les seules préoccupations économiques. Dans le meilleur des cas, nous disposons de programmes tristement fonctionnels, surplombés par l’hégémonie réglementaire. C’est ainsi à nous qu’il revient de fissurer les certitudes, ouvrir des possibles, laisser entrevoir des alternatives, faire résonner leur désir d’espace pour pouvoir y répondre et donner lieu à ce qu’ils souhaitent vivre sans toujours savoir le dire.

Nous avons alors retourné le regard, le nôtre y compris, vers l’intérieur. Il va cette fois interroger la structure, non plus des poutres et des planchers ou autres sous-œuvres, mais la structure de ce qui veut se vivre là. En écoutant, en tentant de comprendre ce qui se cherche et que nous devons trouver pour satisfaire l’attente qui nous est adressée, nous devenons ainsi des architectes de l’intériorité.

Lorsque l’instrument est accordé, lorsque la tonalité juste est trouvée, il nous reste à organiser le chantier, assurer la passerelle entre la subtilité du ressenti à venir et la rudesse des matériaux lourds, les lourdeurs administratives et l’administration des plannings. Ce parcours-là est codifié selon la ritournelle de nos phases habituelles, avant-projet, dossier de consultation, exécution des travaux…etc, mais la rigueur technique de la gestion d’un projet ne fait pas tout, car notre créativité, notre inventivité plastique aussi sont convoquées par nos commanditaires. Il ne faut pas seulement que ça fonctionne, c’est la moindre des choses, il faut aussi que cela soit beau, que l’environnement proche que nous leur avons concocté leur apporte cette volupté si particulière : le plaisir d’être là, la jubilation du présent.

Quel que soit le lieu, privé, public, travail, loisir, en harmonisant les volumes, en facilitant le geste, en flattant la lumière, en donnant à la conscience du je une place valorisée par tous les autres sens, nous favorisons avant tout l’estime de soi, cette donnée première de toute vie sociale apaisée. Et la vraie sanction de notre travail n’est pas une réception sans réserves mais cet énoncé, quelques temps après : “qu’est-ce qu’on est bien maintenant…”

C’est seulement lorsque nous atteignons ce double objectif que nous pouvons prétendre avoir réussi cette mission qui se déroule face caméra selon les exigences d’un contrat explicite et derrière l’écran dans une attente d’autant plus précieuse qu’elle est incertaine et diffuse. Mais c’est aussi ce qui renouvelle la passion de créer : nous ne pouvons savoir jusqu’où nous pouvons aller.. qu’en permettant à notre client d’oser y aller.

Et si nous dépendons de l’étoffe de ses attentes autant que de ses capacités financières, nous sommes aussi tributaires de la qualité de l’équipe réunie autour de nous. Les bureaux d’études, et plus tard les entreprises, sont autant d’acteurs dont nous devons assurer la complémentarité transversale. Souvent comparés à un chef d’orchestre par les clients qui comprennent la réalité de notre fonction, nous ne manquons jamais de rappeler que nous sommes aussi les compositeurs des pièces que nous écrivons pour satisfaire leur besoin de bien vivre.

Appeler